Il y a quelque fois une grande joie à s'extraire d'une convention pour tenter un pas de côté.
Alors, le monde change.
Le monde change?
Non, c'est la direction du regard qui change. C'est donner une chance à la possibilité de vivre les choses différemment. C'est entrer dans le moment présent, et se souvenir de ce que l'on sera.


petit_pont_2.JPG
Déplacer son axe de vision et considérer les changements; la vue du petit pont suscite-t-elle les mêmes trains de pensée en moi? La réponse à cette question ouvre un champ de nouveautés possibles. C'est gratuit, et cela honore ce qui est!

Qu'en pense le grand père de Pierre?
26

S'ils ne sont pas dans cette fonction de chef, et que pourtant ils souffrent sur le versant de l'agressivité pathologique, ils vivront pleinement la souffrance de se sentir en guerre constante, d'être seul(e) dans un monde dangereux, hostile. Mon grand-père disait que certains jardiniers ne peuvent pas pour des raisons diverses se différencier des plantes de leur jardin. Ils considèrent que ce qui pousse dans le jardin est la seule végétation possible. Si c'est une végétation d'épines, de végétaux malodorants, alors, toute la création doit être de cette nature et ils considéreront comme un grand danger les autres plantes. Ils penseront que ces plantes étrangères vont étouffer leurs arbustes. Ils ne sauront pas qu'ils peuvent, eux, faire en sorte que dès que le jardin se couvre d'épines, il est possible d'en laisser quelques unes afin d'en garder, elles ont aussi leur utilité, mais qu'il est important de ne pas les laisser proliférer car elles envahissent ensuite rapidement tout l'espace, empêchant que poussent d'autres plantes, appauvrissant la diversité biologique, puis vont coloniser les autres jardins mal protégés. Ils tentent de différentes manières de persuader les jardiniers alentours, et si cela ne fonctionne pas, ils essaient de faire en sorte de tuer les autres plantes pour laisser l'espace à leur vision de ce que doit être un jardin. Un jour, je lui demandai ce qui arrive lorsque tous les jardiniers autour d'eux sont attentifs et empêchent la prolifération de ces buissons d'épines dans leur propre jardin, je me souviens que c'est avec beaucoup de tristesse qu'il me répondit que ces jardiniers mourraient alors étouffés par leurs plantes. Il rajouta que c'était une des raison qui faisait que nous devions être attentifs à cela; pour empêcher si possible que cela arrive, qu'ils meurent de cette manière terrible. Il me dit que d'une certaine manière, notre responsabilité était d'empêcher cette prolifération des plantes-épines. Au cours de cette conversation, je lui posai aussi la question d'un autre devenir possible; "Est-il possible que ces jardiniers comprennent ce qui est en train de se passer, changent, et soient attentifs à extirper ces graines et ces racines de la violence et à développer d'autres plantations?"


Les jardiniers que je connais sont gens paisibles. Tous les jardiniers sont-ils ainsi? Non, mais il doit être possible de choisir son club de jardinage, non?
Probablement