Tu es en route;
Tu as rêvé le voyage, l'as désiré, décidé de l'accomplir, préparé, tu t'es mis en marche...
L'expérience aidant, tu as allégé progressivement ton "sac à dos", et surtout, tu as pris l'habitude de t'alléger.
Il y a dans notre vie de nombreuses habitudes.
Il m'arrive de penser que le plus fréquent dans notre vie est la présence des habitudes dans notre quotidien.
Et si l'habitude dans bien des domaines nous fait "gagner du temps", elle nous sépare aussi de la nouveauté de l'instant qui nous est offerte en permanence
Pourtant, prendre l'habitude de s'"alléger", concrètement et psychiquement, est permettre au "Réel qui est" de se manifester à nous, et surtout, de s'y ouvrir.
Ce n'est pas forcément agréable, mais au moins c'est dans une cohérence, et nous quittons alors bien des illusions, et les souffrances qui les accompagnent.
Ensuite, prendre plaisir à l'acte d'allègement, pour ce que l'acte est, c'est à dire la résolution par dissolution de ce qui pèse dans notre vie.
S'alléger pour s'alléger.
Parce que c'est un mode de vie en soi.

Et alors?

Alors, il est possible de faire mémoire de "qui l'on est".
Après avoir laissé se dissoudre la pléthore de mémoires quelle qu'en soit la nature, pouvoir se souvenir sans pour autant souffrir,
il y a la place afin qu'advienne la véritable nature de qui l'on est.
aller vers.... L'essentiel de l'identité, débarrassé des couches d'habitudes, d'inaccompli, de regrets, d'envies, et de toutes ces choses qui nous semblent si importantes, si vitales.
Oser faire l'expérience de l'allègement qui nous fait toucher au cœur de ce qu'est la vie, dans sa réalité, (je vis et c'est agréable, tant qu'à faire..),
et de son corollaire: Je vis et ma vie aura une fin.
Comment faire mémoire d'un état que l'on pense ne pas connaître, que l'on pense encore à venir, comment penser sans se croire fou ou stupide qu'il y a en moi la mémoire de ce que je ne connais pas encore?
C'est une belle gymnastique de l'esprit, et c'est l'exercice que je te propose.

Et ce sera le thème de demain, du dernier billet de ce blog, ce sera ce qui clôturera cette pérégrination que je t'ai proposé depuis la mi-février.
Ensuite, chacun (e) découvrira le paysage de l'espace traversé, et trouvera le moyen de partager ses découvertes, de partager les "photos" de son itinéraire, et j'utiliserai là le néologisme rencontré auprès de mon enseignant: "itinérance".
Un itinéraire et une errance unis, une errance qui a un but, une vie en déplacement, une mouvance dans ses idées.

Alors, à demain...Ici et ailleurs.