Mon cœur bat un peu plus fort.
Le pouls de la nature ?
Il reste calme, régulier, lent, il bruisse ce battement avec le chant des grillons, il chante avec les oiseaux...

chemin d'ombres et d'eucalyptus J'entre doucement dans le touffu des forets d'eucalyptus, dans leur ombre bienfaisante.

Je marche...

Ce matin, les premières " contractions" ont commencé, J'ai eu à nouveau mal au genou, et ai craint un moment une résurgence de la tendinite qui m'avait tant enquiquiné ; (appris ?) ;
J'ai doublé la ration d'anti-inflammatoires, et ai fait un discours électoral à mon genou. Cela va mieux! Mes paroles? L'Ibuprofène ?
La douleur, la chaleur, (je pense quelque fois aux pèlerins estivaux; les pauvres !), je les vis comme le fait que le chemin m'expulse. Il est temps, la gestation serait finie ?
Je le crois, et accepte ces inconforts comme le passage, la "Pessah", vers la vie qui m'attend bientôt. (revoilà les hébreux) !!
Non seulement je les accepte, mais je les aime comme l'expression de ce changement.

pont rustique entre eau, ombres et lumières. Vos commentaires parlent beaucoup de changement, et oh combien je me sens en accord avec cette idée. Le Ji King le montre bien que tout est mouvement, évolutions. Il se nomme aussi le Livre du changement, et, je crois que la maladie vient de ces moments où l'on résiste au mouvement naturel de la vie et du changement. Pour l'instant, je ne sais pas encore comment je change, comment j'ai changé. Je le saurai dans la relation avec vous tous que je connais. Je pose l'espérance que ce changement s'il est et se manifeste sera un plus de respect de l'altérité, un plus d'amour pour tout ce qui est différent, une jubilation pour le nouveau, l'exploration du possible, une quête du beau dans tout les domaines. Je pense à l'esprit "zen" qui cherche le "beau geste".

Ce matin, surprise !
Je suis hélé par quelqu'un qui me double.
C'est Robert qui était un des membre du groupe que je connaissais, avec qui j'avais marché il y a au moins 5 semaines. Il chemine seul aussi en ce moment ;
Comme pour les deux autres il y a trois jours, ce fut une vraie joie de le rencontrer, et de le saluer pour reprendre l'un et l'autre notre pérégrination, solitaire.

A présent, j'écris le billet et bois une bière fraiche à la terrasse d'un bar qui a aussi la wifi. Contraction/ expulsion le matin, et le début d'après-midi, repos après.

Vous en conviendrez, je ne saurai me plaindre, et je trouve que l'univers est très bon avec moi. Je suis peut-être un "expulsé- volontaire" du chemin- matrice, j'y trouve somme toute de nombreux bénéfices secondaires. La vie est- elle aussi cela ?
Qui ne nous donne que ce que nous pouvons gérer ?

Je me réjouis pour le bientôt qui arrive, à 38 kms, et ensuite...

Alors, à très bientôt... J'espère.