C'est un peu comme ces salutations entre personnes de différentes régions:
-Chez nous on fait trois bises.
-Ah bon? Chez nous c'est quatre.
-Tiens, nous en avons toujours fait deux dans la famille......

Et alors on se ré embrasse selon la coutume de chacun...

Ce matin, c'est encore "Au revoir".
C'est comme hier, c'est toujours là.
Mais il me semble qu'en plus, c'est éclairé des "Au revoir" que j'ai reçu dans les commentaires, dans les mails.
La douce et grave et bonne sensation de l'importance est là,
le sens que cela manifeste est là,
et, comme je partageais cette nécessité pour moi de ranger mon bureau, je partage l'"Au revoir" que je fais au mode particulier qui m'a (qui nous a) accompagné depuis début février.
Ces matins à l'ordinateur, ces quelques minutes d'introspection et de partage.
Demain matin, a cette heure ci je serai à la gare.
J'enverrai demain soir mon billet à Marie et ce sera elle la "maître des horaires"!
Merci Marie, tu me permets de garder ce lien particulier avec mon projet, et avec les personnes qui me lisent.
Pendant 49 jours je me suis assis là au petit matin, je vous ai retrouvé dans ma tête et mon cœur

Je pousse aussi la porte sur cet exercice du matin, que j'avais rajouté à za zen, au taï chi;

J'entre dans les 24 heures avant le départ du train pour Le Puy, et j'espère en faire des heures signifiantes, conscientes, d'en faire des "heures-dont-on-fait-les-souvenirs-constructifs".
Je veux pour moi, et pour ce que je manifesterai de moi après, quand je te retrouverai toi qui me lit, faire de ces heures un espace habité de possible, d'humanité.
Je veux maintenant que j'ai dit "Au revoir" à mes amis, à tous ceux qui me font l'honneur de me lire, de partager cette aventure, consacrer mes pensées, mon attention, me tourner vers mes plus proches, vers Martine, "la fille qui m'accompagne", vers mon fils, ma famille, vers mes ancêtres aussi.
Je veux puiser en chacun d'eux la certitude que cela vaut la peine.
Je veux leur manifester que cela vaut la peine.

Dans ma mémoire j'emporte ce que j'ai choisi;
Ce choix manifeste ma décision de vous aimer, dans votre altérité, dans l'Être que vous êtes.

Mes semelles deviennent le vent qui les portera.

A..........après-demain...Peut-être.